Shâhnâmeh. Le Livre des Rois persans

Selected excerpts with a foreword by Negar Habibi
Paris: Pocket, Series: Revue des deux mondes, 2021
 

En persan, le Shâhnâmeh signifie à la fois « le Livre des Rois » et «le Roi des Livres». Cette épopée mythologique, la plus grande jamais écrite en langue persane (60 000 distiques), de Ferdowsi, poète persan du Xesiècle, né dans le village de Badji, province de Khorassan en Iran, a non seulement transformé l’assemblée du Sultân Mahmoud Ghaznavide en ferdows, ou « paradis », au début du XIe siècle, mais a surtout revitalisé la langue persane à une époque où elle risquait d’être supplantée par l’arabe. Depuis plus de mille ans, Le Livre des Rois persans, dont l’originalité tient à sa structure générale, à la qualité de sa langue et à son ambition didactique, garde vivante la connaissance de la gloire ancienne, de l’éthique politique et de l’identité culturelle de l’Iran. Et cela grâce aux manuscrits illustrés ou calligraphiés du Shâhnâmeh, dont les princes et les rois des dynasties iraniennes n’ont cessé de commander de nouvelles copies.
Les morceaux choisis dans le présent recueil offrent une première approche synthétique de cet ouvrage fondateur et considérable par son volume et son rayonnement.

 

ʿAli Qoli Jebādār et l'Occidentalisme Safavide. Une étude sur les peintures dites farangi sāzi, leurs milieux et commanditaires sous Shāh Soleimān (1666-94)

Leiden, Brill, Series: Studies in Persian Cultural History, Volume: 13, 2018.

 

In ʿAli Qoli Jebādār et l’Occidentalism safavide Negar Habibi provides a fresh account of the life and works of ʿAli Qoli Jebādār, a leading painter of the late Safavid period. By collecting several of the artist's paintings and signatures Habibi brings to light the diversity of ʿAli Qoli Jebādār's most important works. In addition, the volume offers us new insights into both the artistic and socio-political evolution of Iranian society in the last days of pre-modern Iran. By carefully consulting the historical sources, Negar Habibi demonstrates the possibility of a female and eunuch patronage in the seventeenth-century paintings known as farangi sāzi, while suggesting the use of the term "Occidentalism" for those Safavid paintings that show some exotic and alien details of the Western world.